Comment sécuriser les travaux routiers de courte durée ?

Wim Deloof
7 septembre, 2020

Les travaux routiers de courte durée présentent un inconvénient majeur : fermer une route ou une bande de circulation n’est pas facile. Sans compter que ce type de chantier comporte plus de risques. Pour vos travailleurs et vous.

Et ils en sont conscients : une étude menée aux Pays-Bas a montré que 23 % des applicateurs de marquage routier considèrent leurs conditions de travail comme dangereuses. Ce chiffre diminue à 14 % pour l’ensemble du secteur de la construction.

En tant qu’entrepreneur, vous voulez garantir la sécurité de votre chantier ? Portez une attention particulière à la signalisation du site et aux vêtements de signalisation.

Signalisation du chantier : plans

La signalisation du chantier informe, oriente et guide les usagers de la route. Vous réduisez ainsi le risque d’accident pour vos ouvriers et vos chauffeurs.

Mais avant de pouvoir installer des panneaux, vous devez obtenir une autorisation. Et vous êtes tenu, pour ce faire, de dresser un plan de signalisation du chantier. Ce plan doit au moins contenir les renseignements suivants :

  • les voies de circulation (normales et de chantier) ;
  • les bornes kilométriques et hectométriques ;
  • les carrefours et/ou échangeurs (situés dans le chantier et à son approche) ;
  • la signalisation existante influençant le chantier ;
  • les itinéraires de déviation éventuels.

N’oubliez pas non plus que vous devrez peut-être recouvrir la signalisation existante.

Vous devez mettre en place une déviation ? Vous avez besoin d’un plan de circulation avec l’approbation des services de police ou de l’officier responsable. L’important est de gêner le moins possible la circulation. Et de laisser les véhicules (surtout les véhicules d’utilité publique) avoir accès aux bâtiments, magasins ou parkings environnants.

Plus d’informations

Ce blog ne compile qu’un aperçu des informations. Vous souhaitez en savoir plus ? Plongez dans ce dossier Constructiv sur les travaux routiers de courte durée. Vous y trouverez de plus amples informations sur la législation, l’aménagement du chantier, l’influence de la météo et les vêtements de signalisation. Il traite également de quatre activités spécifiques : la réparation de joints de béton, les chantiers mobiles, les travaux d’excavation et dans les tranchées et le marquage routier.

Signalisation du chantier : en pratique

En installant votre signalisation, vous devez tenir compte de plusieurs aspects :

  • veillez à ce que la signalisation soit toujours bien visible pour les usagers de la route ;
  • demandez à vos travailleurs de commencer par l’avant s’ils placent les panneaux, et par l’arrière s’ils les enlèvent. Ils se trouveront ainsi toujours face au trafic ;
  • pensez à la manière de stabiliser au mieux les panneaux : les attacher à des panneaux existants, utiliser des socles ou les ancrer dans le sol ;
  • désignez quelqu’un pour vérifier la signalisation. Demandez à ce travailleur de suivre au préalable une formation pertinente afin de se familiariser concrètement et pratiquement avec les obligations légales ;
  • les panneaux de déviation doivent être placés en premier, avant tout autre panneau ;
  • les travaux ne peuvent commencer que lorsque les préparatifs sont terminés et que la signalisation a été placée ;
  • enlevez les panneaux de signalisation une fois les travaux terminés.

Vêtements de signalisation

Dans certains cas, la loi vous oblige à porter des vêtements de signalisation lorsque vous travaillez sur les routes. L’idéal pour être mieux vu des usagers de la route, quelles que soient les conditions météorologiques, de jour comme de nuit.

Les bons vêtements de signalisation sont constitués d’un matériau fluorescent pour assurer la visibilité et d’un matériau rétroréfléchissant pour réfléchir la lumière. Il y a trois classes. Plus la classe est élevée, plus le matériau est fluorescent et rétroréfléchissant, et plus les vêtements sont visibles.

Dans la pratique, on constate souvent que les vestes et les combinaisons appartiennent à la classe 3. Les gilets et les chasubles figurent dans la classe 2. Et les baudriers forment le groupe de classe 1. En cas de chantiers routiers, les vêtements de signalisation doivent appartenir au moins à la classe 2. La classe dépend des travaux et de la météo.

Charte de sécurité

Démontrez votre volonté à offrir un cadre de travail sûr à vos ouvriers et signez la charte de sécurité. Votre nom et le nom de votre entreprise apparaîtront ici , parmi les noms des autres entrepreneurs engagés.

Qu'en est-il des chantiers de longue durée?

Comment aborder la sécurité sur les chantiers complexes, sur lesquels travaillent différentes entreprises ? Rinkoniên nous montre le bon exemple à Anvers. Ce consortium d'entrepreneurs construit la première grande partie du projet Oosterweel, au milieu du trafic intense du ring d'Anvers. Des trains, des camions et des voitures passent le long ou en dessous des travaux. Comment gérer de tels projets en toute sécurité ? Découvrez ce reportage de la Confédération Construction sur place.

Voir les commentaires ( )

Recevez les News Safety My Priority

Inscrivez-vous à notre newsletter Safety My Priority News et restez informés de toutes nos actualités autour de la sécurité ! Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.