Travailler en sécurité sur les toits : des conseils qui sauvent la vie

Wim Deloof
25 mars, 2020

Travailler en sécurité sur les toits : des conseils qui sauvent la vie

Travailler comme couvreur n’est pas de tout repos. Saviez-vous que le pourcentage d’accidents dans cette catégorie de travailleurs est 35 pour cent plus élevé que la moyenne du secteur de la construction ? La gravité de leurs accidents est, qui plus est, 68 pour cent plus élevée que celle des autres.

Heureusement, vous êtes un entrepreneur conscient et vous assurez la sécurité de vos couvreurs. Et vous voulez éviter à tout prix les accidents, sur vos chantiers comme aux alentours. Cet article de blog vous indique la voie à suivre.

Réfléchissez à l’agencement de votre chantier

Première étape : l’agencement du chantier. Certains entrepreneurs s’en préoccupent trop peu. Dommage, car un agencement mûrement réfléchi augmente considérablement la sécurité sur un chantier. Pour les couvreurs, mais aussi pour toutes les personnes à proximité.

Prévoyez :

  • des équipements sociaux, comme des vestiaires et des lavabos, des toilettes, des réfectoires, des boissons et des endroits de repos ;
  • des délimitations de chantier : empêchez les personnes non autorisées d’accéder au chantier et indiquez clairement où commence le chantier ;
  • de la signalisation : vous éviterez que des passants soient victimes de chutes de matériel ou d’outils ;
  • des méthodes pour transporter le matériel. Laisser vos travailleurs transporter tout le matériel sur le toit à la force de leurs bras ? Mieux vaut éviter... Le risque qu’ils tombent ou souffrent de problèmes de dos plus tard est bien trop grand. Utilisez plutôt un monte-charge. Avec un bac fermé, pour que rien ne tombe.

La partie émergée de l’iceberg

Les conseils repris dans cet article ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Pour savoir exactement comment assurer la sécurité de vos couvreurs, consultez cette brochure détaillée de Constructiv.

Prévoyez des équipements de protection collective

Étape suivante : utiliser des équipements de protection collective. Voici plusieurs exemples de bonne pratique...

  • Échafaudage fixe : la meilleure protection de rive de toiture, à condition de présenter des garde-corps de 1 à 1,2 mètre de haut. N’oubliez pas non plus de sécuriser correctement les pignons.
  • Systèmes de mains courantes : il en existe plusieurs types, allant de mains courantes avec système d’ancrage par boulons, à des systèmes suspendus ou sur chéneau. Ici aussi, les garde-corps ont toute leur importance.
  • Filets de sécurité : avant tout recommandés dans le domaine de la construction industrielle, ces filets sont suspendus sous les charpentes en béton. Attention : prévoyez suffisamment d’espace sous le filet pour lui permettre d’accuser le coup en cas de chute.
  • Élévateur à nacelle : vous n’êtes pas certain que votre travailleur doit porter une ceinture de sécurité ? Vérifiez dans les consignes d’utilisation de l’élévateur à nacelle .

Vous pouvez aussi utiliser des équipements de protection individuelle, comme des harnais antichute ou des dispositifs d’ancrage mobiles. La loi exige cependant que vous adoptiez d’abord des équipements collectifs.

Attention : ces équipements de protection sont soumis à une série de normes. Cette brochure vous en donne une vue d’ensemble (pages 14 à 17).

Soyez vigilant aux risques pour la santé

Vous pensiez que les risques de sécurité s’arrêtent ici ? Détrompez-vous. Vos couvreurs s’exposent aussi à des risques pour leur santé. Nous en énumérons quelques-uns ci-dessous, avec leur cause et une solution potentielle.

  • Charges lourdes à maux de dos
    solution : utiliser un ascenseur mobile ou une grue de levage.
  • Nuisances sonores provoquées par une scie circulaire à déficiences auditives
    solution : porter un casque antibruit.
  • Substances toxiques, comme l’amiante ou le plomb à problèmes pulmonaires
    solution : porter un équipement de protection respiratoire ou un masque anti-poussière ainsi que des gants, et dans certains cas, une combinaison jetable.
  • Charge de travail élevée due à des délais serrés à stress
    solution : consultez l’article consacré au stress sur chantier.

Feuille de route

Conseils : rédigez une feuille de route. Vous saurez ainsi précisément quelles sont les mesures de prévention requises pour votre projet.

Engagez-vous pour moins de stress et plus de sécurité sur vos chantiers : signez la charte de sécurité. Votre nom et celui de votre entreprise apparaîtront ici, parmi ceux d’autres entrepreneurs bienveillants.

Voir les commentaires ( )

Recevez les News Safety My Priority

Inscrivez-vous à notre newsletter Safety My Priority News et restez informés de toutes nos actualités autour de la sécurité ! Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.