Le casque de sécurité, l’objet qui peut sauver votre tête

Wim Deloof
16 juin, 2021

Il est parfois embêtant, et n'est vraiment pas pratique les jours de forte chaleur. Mais malgré tout, le port du casque de sécurité doit être automatique. Vous n'êtes pas convaincu ? Notre test vous fera réfléchir.

 

Nous ne sommes sur place que pour peu de temps, les gros travaux sont déjà faits... Il y a mille et une raisons de laisser ce casque « embêtant » de côté. Et les raisons pour le porter ? Elles sont bien plus convaincantes.

Que dit la science ?

Retirez vos chaussures. Prenez un marteau de 500 grammes, et posez-le sur votre pied. Vous sentirez à peine la force que le marteau exerce sur votre pied. Étape suivante : prenez le même marteau et faites-le tomber d'une hauteur d'un mètre, sur votre pied. Vous ne voulez pas ? À juste titre, car vous savez que la force sera bien supérieure.

Voici un deuxième test. Mettez-vous à plat sur le sol et demandez à un collègue de faire tomber le marteau sur votre ventre. À un mètre du sol. Ça ne vous fera pas du bien, mais vous y survivrez. Faites ensuite le même test, mais avec votre tête à la place de votre ventre. Vous ne voulez pas ? Peut-être parce que vous sentez que le coup à la tête est beaucoup plus dur et a des conséquences beaucoup plus graves.

Qu'en déduire ? Non seulement la hauteur de la chute joue un rôle, mais aussi l'endroit de l'impact. En pratique, cela signifie que même des objets plus légers, comme des vis, peuvent avoir des effets destructeurs s'ils tombent de haut. C'est là que le casque fait la différence, avec sa surface lisse sur laquelle l'objet rebondit et l'effet amortisseur de l'intérieur.

Toujours pas convaincu ? Voici un vrai test

Pour vous épargner la peine, nous avons exécuté nous-mêmes un test. Quel effet ont une vis, un tesson de tuile et un marteau lorsqu'ils tombent sur une pastèque depuis un ou deux étages ? Et quelle est la différence si nous plaçons un casque sur cette pastèque ?

 

VOIR LA VIDÉO

Connaître les risques

Non seulement, le casque de sécurité vous protège contre la chute des objets, il vous protège aussi si vous vous cognez la tête contre des obstacles, si vous transportez des sacs ou des paquets sur la tête ou les épaules, mais aussi contre les petits objets qui volent et les éclaboussures des produits. Ces risques sont sans cesse présents sur les chantiers.

Comment un casque est-il fabriqué ?

Un casque de sécurité se compose d'une coque de casque, d'une doublure ou d'un revêtement intérieur et d'éventuels accessoires. Aujourd'hui, les coques des casques sont principalement constituées de matériaux thermoplastiques ou thermodurcis.

Les casques thermoplastiques (polyéthylène, ABS, polycarbonate)

  • conviennent aux situations de travail où il n'y a pas de rayonnement thermique intense ;
  • sont légers ;
  • vieillissent rapidement (durée de vie d'environ 2 ans, voir les instructions du fabricant), surtout s'ils sont exposés aux rayons UV.

Les casques thermodurcis :

  • sont résistants aux hautes températures ;
  • sont plus lourds ;
  • résistent plus longtemps ;
  • sont plus chers que les casques thermoplastiques.

L'intérieur

L'intérieur du casque remplit deux fonctions.

  • Il permet au casque de s'adapter à la forme de la tête de l'utilisateur.
  • Il amortit le choc et ralentit le mouvement de l'objet qui tombe.

Les options

  • La mentonnière empêche le casque de tomber de la tête en cas de vent fort ou de travail en position penchée.
  • Des équipements de protection tels qu'un écran facial, des casques antibruit, une protection du cou, etc. peuvent également être fournis.

Les règles ? L'entretien ?

Vous voulez en savoir plus sur les casques de sécurité ? Cette fiche de prévention de Constructiv vous dira tout.

Voir les commentaires ( )

Recevez les News Safety My Priority

Inscrivez-vous à notre newsletter Safety My Priority News et restez informés de toutes nos actualités autour de la sécurité ! Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.